Food (anciens articles, page 2)

Préparation de sortie

J'avais prévu une sortie d'escalade dimanche passé. Il fallait donc préparer des choses à manger qui puissent s'emmener facilement.

J'ai réitéré l'expérience de recherche du brownie parfait. J'ai fait une petite modification par rapport à la fois passée. J'ai ajouté des noix dans la pâte. Le résultat est vraiment bon, mais je préfère sans les noix.

/images/food/2017/07/Cocoa.Brownie.With.Walnuts.thumbnail.jpg

J'ai également fait un pain facile à partager. C'est un pain dont la pâte est découpée avant cuisson comme j'en ai déjà fait il y a quelques temps. Mais cette fois, c'est un pain salé avec tout ce qu'il faut comme beurre, comme ail et comme fromage pour que ça se mange tout seul.

/images/food/2017/07/Garlic.Parmesan.Pull.Apart.Bread.thumbnail.jpg

C'est une recette trouvée sur le site Pastry Affair. J'en fait une traduction libre ci-dessous.

Ingrédients pour la pâte
  • 2 cuillères à café de levure sèche (j'ai utilisé 25 grammes de levure fraiche)
  • 1⅓ tasse d'eau tiède
  • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
  • 2 cuillères à café de sel
  • 3½ tasses de farine tout usage
Ingrédients pour la garniture [1]
  • ¼ tasse de beurre fondu
  • 1 cuillère à soupe de persil séché
  • 2 gousses d'ail émincées (j'ai utilisé de l'ail en poudre)
  • ¼ tasse de Parmesan rapé
Marche à suivre
  • Dans un grand bol, mélanger la levure et l'eau. Laisser reposer 5 minutes jusqu'à ce que la levure soit activée.
  • Ajouter l'huile d'olive, le sel et la farine. Pétrir jusqu'à ce que la pâte soit élastique.
  • Laisser reposer la pâte entre 1½ et 2 heures ou jusqu'à ce que la pâte aie doublée de volume.
  • Dans un petit bol, mélanger le beurre fondu, le persil séché et l'ail émincé. Réserver.
  • Dégazer la pâte et la découper en petits morceaux.
  • Rouler les pâtons dans le beurre fondu avant de les disposer en couche dans un moule Bundt.
  • Saupoudrer avec ⅓ du Parmesan rapé.
  • Répéter l'opération 2 fois.
  • Laisser reposer entre 20 et 30 minutes avant de l'enfourner 30 minutes à 175°C.

C'est vraiment très bon. J'en referai probablement. Cependant, il faudra que je fasse quelques ajustements. Je ferai plus de pâtons pour avoir de plus petites boules de pain. J'en ai fait 32, la prochaine fois, je doublerai. Je mettrai plus de fromage mais je n'en mettrai pas sur le dessus du pain, il chauffe trop et devient un peu amer.

Avec tout ça, j'étais prêt pour ma sortie d'escalade. Malheureusement, elle a été annulée pour cause de mauvais temps. Je me suis consolé en mangeant le brownie et le pain en regardant la pluie tomber.

[1] J'ai doublé toutes les quantités.

Saucisson au chocolat

Nous avons fêté l'anniversaire de ma fille récemment. Pour lui faire plaisir, j'ai fait un saucisson au chocolat. Ça a été également l'occasion d'utiliser les fonds de placard.

Je me suis inspiré de deux recettes (ici et ) et j'ai fait ma propre recette. Comme je le disais un peu plus haut, j'ai utilisé les fonds de placard donc je n'ai pas de mesures exactes de ce que j'ai utilisé. Mais voilà la liste des choses qui se sont retrouvées dans ce saucisson :

  • des canneberges,
  • des mini marschmallow,
  • des noix,
  • des amandes effilées,
  • de la poudre d'amande,
  • de la noix de coco rapée.

Le résultat est très concluant. Il est malheureusement très addictif !

/images/food/2017/06/Chocolate.Sausage.thumbnail.jpg

À refaire ! Mais pas trop souvent sous peine de prise de poids incontrôlable.

Préparation de la soirée de jeux

Ce soir, c'est soirée jeux à la maison. Donc rien de mieux qu'un bon burger pour redonner des forces aux joueurs.

Bien sur, comme j'aime faire les choses moi-même, je n'ai pas acheté les pains mais je les ai fait. Ils ne sortent pas du four car je les ai fait hier, mais en tout cas, ils sentent très bon.

/images/food/2017/06/Buns.thumbnail.jpg

Rien de bien spécial à raconter sur ces pains car je les ai fait de nombreuses fois. Ils sont très bon et très moelleux quand ils sont réussis.

Je recopie la recette originale ici pour éviter de la perdre car le site d'où je tire la recette a cessé d'exister. J'ai réussi à en récupérer une copie sur le site archive.org.

Préparation : 20 min ― Repos : 1h45 ― Cuisson : 20 min

Pour 12 buns :

  • 100 ml + 20 ml d’eau tiède
  • 180 ml de lait
  • 1 œuf battu
  • 30 g de beurre mou ou d’huile d’olive
  • 2 cc de sel
  • 500 g de farine (si vous voulez aller à fond dans le trip burger sain, vous pouvez utiliser de la farine bio T80 « bise » en ajoutant alors 10 cl d’eau)
  • 1 cs de sucre
  • 1 sachet de levure déshydratée de type Briochin
  • 1 cs de vinaigre de vin blanc
  • 3 cs de graines de sésame
  1. Délayez la levure dans 20 ml d’eau tiède et laissez-la reposer pendant 15 minutes environ. Attention : l’eau doit être tiède mais pas chaude afin de ne pas tuer la levure. Mettez la farine dans un saladier puis versez-y la levure, le lait, l’œuf, le beurre, le sucre, le sel le vinaigre. Malaxez en ajoutant les 100 ml d’eau, puis pétrissez la pâte pendant environ 5 minutes. Laissez-la lever pendant une heure dans un endroit tempéré. Si vous possédez une machine à pain, versez tous les ingrédients dans la cuve dans l’ordre préconisé par le fabricant et lancez le programme « pâte ».
  2. Farinez-vous les mains et dégazez la pâte en appuyant dessus avec le poing afin de faire sortir l’air. Façonnez 10 boules, aplatissez-les en disques d’1 cm de hauteur, humectez-les et parsemez-les de graines de sésame ou de lin. Laissez-les lever pendant 1 heure supplémentaire dans un endroit tiède (par exemple dans le four chauffé à 30 °C).
  3. Préchauffez le four à 210 ° C (th. 7) et enfournez-les pendant 20 minutes environ. Les pains doivent être bien dorés.

J'ai trouvé que la quantité d'eau était trop importante. J'ai du rajouter de la farine après coup pour avoir une texture satisfaisante.

À la recherche du brownie

Depuis longtemps maintenant, je teste des recettes de brownies pour trouver celles qui me plaisent le plus. J'en avais une qui traînait depuis trop longtemps dans ma liste de recette en attente. Je l'ai enfin sortie aujourd'hui.

La recette est vraiment très simple à mettre en œuvre et très rapide à faire. Cette recette est à base de cacao et non pas de chocolat. De ce fait, la quantité de beurre et de sucre est impressionnante mais nécessaire car le cacao ne contient ni matière grasse ni sucre.

La cuisson est un peu longue car effectuée à base température. Dans mon cas, j'ai laissé le brownie dans le four pour plus de 30 minutes.

../images/food/2017/06/Cocoa.Brownie.thumbnail.jpg

Je suis très content du résultat. La surface est cassante comme il faut et l'intérieur est vraiment très moelleux.

C'est une belle réussite et je conseille vraiment cette recette.

J'ai utilisé cette recette donc je fait une traduction libre ci-dessous.

Ingrédients
  • 140 grammes de beurre non salé
  • 250 grammes de sucre brun
  • 65 grammes de cacao non sucré
  • ¼ cuillère à café de fleur de sel
  • ½ cuillère à café d'extrait de vanille
  • 2 gros œufs froids
  • 65 grammes de farine blanche
Marche à suivre
  1. Faire préchauffer le four à 325°F/163°C.
  2. Mettre le beurre, le sucre, le cacao et la fleur de sel au bain-marie.
  3. Quand le beurre est fondu, mélanger jusqu'à obtenir une texture granuleuse.
  4. Quand le mélange est tiède, ajouter l'extrait de vanille.
  5. Ajouter les œufs un par un jusqu'à l'obtention d'une texture lisse.
  6. Ajouter la farine et mélanger délicatement jusqu'à ce qu'elle soit complètement incorporée à l'appareil.
  7. Verser dans un moule chemisé.
  8. Enfourner pour au moins 20 minutes.

Le plus dur maintenant va être de résister à la tentation de tout manger d'un coup :)

Citron qui pleure

Hier, j'ai mis la touche finale à un projet commencé il y a deux mois.

Je fais régulièrement pleurer les agrûmes. Rassurez-vous, ils ne souffrent pas.

En fait, il s'agit juste de mettre de l'alcool dans un bocal hermétique et de suspendre des agrûmes au-dessus. Une fois le bocal fermé, l'alcool rentre dans un cycle d'évaporation et de condensation. En se condensant sur l'agrûme sélectionné, l'alcool en extrait les huiles essentielles qui viennent parfumer et colorer l'alcool. Ce processus dure environ deux mois.

Ensuite, il faut ajouter un sirop de sucre, mettre en bouteille et étiquetter.

/images/food/2017/04/Crying.Lemon.Step.1.thumbnail.jpg /images/food/2017/04/Crying.Lemon.Step.2.thumbnail.jpg /images/food/2017/04/Crying.Lemon.Step.3.thumbnail.jpg

J'ai réussi à faire trois bouteilles, mais c'est tellement apprécié qu'une est déjà partie.

J'ai eu quelques commentaires concernant la lisibilité de l'étiquette. Il va falloir que je regarde pour utiliser une police de caractères différente, voire que je change complètement l'étiquette.

Croissants, chocolatines et plaisir

Ça faisait longtemps que je n'avais rien posté par ici. Je n'ai pas arrêté de faire des choses, bien au contraire. J'ai travaillé sur des projets qui demandent plus de temps qu'à l'accoutumée et comme ils ne sont pas encore finis, je n'en ai pas encore parlé.

Pour briser le silence, j'ai réalisé un petit projet hier.

Chaque vendredi, nous apportons à tour de rôle croissants et chocolatines au bureau. Cette semain c'est à mon tour de remplir les estomacs affamés de mes collègues.

Généralement, j'essaye de ne pas acheter et de faire les choses moi-même. Souvent, je m'y prends trop tard et je n'ai pas le temps de préparer les douceurs feuilletées tant attendues. Cette fois-ci, j'ai décidé de prendre les devants.

J'ai utilisé la recette de mon livre préféré, à savoir « Pains et tradition » de Marguerite Rousseau [1]. J'ai doublé les quantités pour être capable de faire 12 croissants et 12 chocolatines. J'ai omis la dernière levée pour le stocker au congélateur. Je n'aurais plus qu'à les décongeler jeudi matin tranquillement au réfrigérateur et à les cuire vendredi matin avant de partir au bureau.

../images/food/2017/03/Croissants.And.Chocolatines.thumbnail.jpg

J'ai vraiment hâte de les goûter car je pense que je les ai bien réussi.

Ça faisait longtemps que je n'avais pas mis les mains à la pâte et je me rends compte que ça me manque. Il faut vraiment que je me trouve du temps pour m'y remettre. C'est un peu compliqué avec les horaires de travail, mais j'ai plusieurs pistes à explorer pour réussir à ne plus aller chez le boulanger. En plus, ça a été l'occasion d'utiliser ma plaque en marbre. Je l'avais achetée il y a plusieurs années mais je ne l'avais jamais utilisée. C'est chose faite maintenant.

[1] ISBN-13 : 978-2702887370

Vin de noix, la suite...

Il y a quelques temps, j'avais fait du vin de noix.

Ça fait longtemps qu'il est terminé mais je ne l'avais pas encore mis en bouteille. En effet, la récupération des bouteilles a été un peu chaotique. Mon premier fournisseur me les a envoyées deux fois mais elles ne sont jamais arrivées car elles ont été cassées par le transporteur. Je me les ai fait rembourser pour en acheter d'autres chez un deuxième fournisseur. Je les ai reçues rapidement même si il y a eu un peu de casse, j'ai conservé le colis. Le détail amusant est que ces bouteilles provenaient du premier fournisseur.

Pour aggrémenter mes bouteilles, j'ai fait des étiquettes. J'ai récupéré une photo libre de droit sur commons.wikimedia.org et je l'ai un peu transformée pour obtenir quelque chose de plus rustique. Je l'ai ensuite intégrée dans un document \(\LaTeX\). Ce n'est pas l'outil le plus adapté, ni la méthode la plus facile mais ça me permet de ne pas trop perdre la main.

../images/food/2017/01/Walnut.Wine.Label.thumbnail.jpg

J'ai ensuite collé ces étiquettes avec du Méthyl-Cellulose (ou MC). C'est une colle que j'utilise normalement pour faire mes papiers d'origami. Elle fonctionne très bien avec les étiquettes car une fois mouillée, elle ne laisse pas de résidus sur la bouteille.

Voici donc une partie de ma production. L'autre partie ayant été déjà consommée.

../images/food/2017/01/Walnut.Wine.thumbnail.jpg

Le résultat est à la hauteur de mes espérances, que ce soit le contenu ou le contenant. J'en referai dès que l'occasion se présentera, mais je pense en plus grosse quantité.

Cadeau facile à faire soi-même

Ceux qui me connaissent savent que je préfère offrir des cadeaux faits maison plutôt que quelque chose que j'aurais acheté. Pour remercier mon fournisseur de pots de confiture, je lui ai préparé un pot de tartinate de caramel au beurre salé.

La liste des ingrédients est assez courte :

  • 100 grammes de sucre cristallisé
  • 10 centilitres de crème fraiche
  • 35 grammes de beurre

Il suffit "juste" de cuire le sucre pour en faire un caramel puis ajouter le beurre et la crème. J'ai écrit le mot "juste" entre guillemets car il faut apprendre à être patient avec le sucre. Il ne faut pas le brusquer sinon il n'entrera jamais en phase caramel. La seule chose à faire, c'est de justement ne rien faire :)

Comme je voulais un petit supplément pour ma consommation personnelle, j'ai multiplié la recette par 2.5. C'était aussi pour utiliser la totalité de mon pot de crème d'un coup.

Je peux vous dire que c'est très bon. Tellement bon que j'ai presque fini le pot supplémentaire. J'ai quand même réussi à prendre une photo avant qu'il n'en reste rien.

../images/food/2017/01/Caramel.Spread.thumbnail.jpg

Cuisine d'automne

La semaine passée, j'ai eu envie de profiter des fruits d'automne et de tester de nouvelles choses. Je suis donc allé faire un tour au marché et j'en ai ramené des coings et des chataîgnes. Ce ne sont pas des fruits très populaires car je n'ai pu trouver qu'un seul étal en proposant.

Après mon succès de transformation de pommes (voir ici), j'ai décidé de retenter l'expérience avec des coings. J'ai suivi exactement la même procédure et le résultat est à la hauteur de mes espérances.

Je m'y suis repris à deux fois pour la gelée car elle était trop liquide. Après refroidissement, je l'ai donc recuite pour obtenir une meilleure consistance. La cuisson du sucre est toujours une étape délicate. S'il n'est pas assez cuit, la gelée n'a pas de tenue. S'il est trop cuit, on passe de l'état de gelée à l'état de caramel.

Ensuite, il me restait à m'occuper des chataîgnes.

J'avais trouvé une recette de crème de marrons qu'il fallait que j'essaye, et c'est donc ce que j'ai fait. Je l'ai trouvé à la page 46 du catalogue Tompress 2016.

Ingrédients :
  • 1 kg de chataîgnes
  • 20 cL d'eau
  • 1 kg de sucre
  • 1 gousse de vanille
Marche à suivre :
  1. Inciser les chataîgnes.
  2. Les mettre dans une casserole d'eau froide et les faire bouillir 2 à 3 minutes.
  3. Les éplucher.
  4. Les faire cuire dans ½L d'eau jusqu'à ce qu'elles soient tendre.
  5. Les passer dans l'épépineuse.
  6. Mélanger le sucre, l'eau et la vanille.
  7. Faire bouillir le mélange jusqu'à 115/120°C.
  8. Réduire le feu et ajouter la purée de chataîgnes.
  9. Laisser monter en température sans cesser de remuer.
  10. Mettre en pots.

Toutes ces étapes prennent du temps, mais le résultat en vaut vraiment la peine. Je pense en refaire, mais pas trop souvent car c'est addictif.

Voici un aperçu du résultat de cet après-midi de cuisine :

../images/food/2016/11/Quince.Jelly.Quince.Paste.And.Chestnut.Puree.thumbnail.jpg

Que faire avec des pommes sauvages?

Récemment, ma mère m'a apporté des pommes sauvages, cueillies par ses soins. Ayant essayé sans succès de faire du vin avec de tels ingrédients, j'ai décidé de faire autre chose.

Je me suis tourné vers quelque chose que je maitrise un peu mieux, la confiture. Je n'avais jamais fait de gelée avec succès, ce qui m'a encouragé à ré-essayer.

J'ai commencé par extraire le jus des pommes avec un extracteur. C'est un outil bien pratique pour extraire le jus de fruits, de légumes ou même d'herbe. Je l'ai à la maison depuis quelques temps et ça me démangeais de l'utiliser.

Ensuite, j'ai ajouté 70% du poids du jus en sucre et un jus de citron. Puis vient la phase délicate de la cuisson. Trop peu et le sirop ne gélifie pas. Trop et le sirop se transforme en caramel.

Après extraction du jus, il reste la pulpe vidée de son jus mais pas de ses saveurs. Ça serait dommage de ne pas l'utiliser. J'ai donc décidé de la transformer en pâte.

J'ai commencé par réduire la pulpe en purée grâce à l'épépineuse que j'ai récupérée il y a quelques années. J'ai mis tout le monde à contribution pour cette étape car je n'ai pas encore d'endroit où l'accrocher sécuritairement.

Ensuite, j'ai ajouté le poids de la pulpe en sucre et un jus de citron. Là encore, c'est la phase de cuisson qui est la plus critique et ce pour les mêmes raisons que pour la gelée. Et encore une fois, je m'en suis bien sorti.

Voici le résultat de ces deux expériences :

../images/food/2016/10/Apple.Jelly.And.Apple.Paste.thumbnail.jpg

Je suis très satisfait du résultat. Le goût de la pomme est discret et la texture est superbe.