Articles sur boisson

Comment épicer votre vie

J'aime beaucoup les épices et le gingembre en particulier. J'ai déjà expérimenté beaucoup de choses à base de gingembre et je me suis dit que j'allais partager ça avec la visite de vendredi soir.

J'ai proposé comme cocktail de bienvenue un Dark & Stormy, un de mes cocktails préféré. Le rhum ambré est mis en valeur par les saveurs prononcées de gingembre. Avec une tranche de gingembre frais, du sirop de gingembre et du ginger ale, on a un équilibre entre les saveurs sucrées et épicées. La petite touche de citron apporte une acidité qui se marie bien avec le pétillant du soda.

J'aurais pu acheter du sirop et du ginger ale au supermarché, mais ça aurait été moins amusant. C'est pourquoi, j'ai commencé la préparation de mes cocktails en début de semaine.

J'ai commencé en début de semaine par la réalisation du ginger ale. J'ai utilisé une recette éprouvée depuis de nombreuses années. C'est une recette très rapide et très facile à faire. Je la conseille vivement aux amoureux du gingembre. Ça n'a rien à voir avec ce qu'on peut trouver au supermarché. Dans celui-ci, on goute vraiment le gingembre. Par contre, il faut faire attention lors de l'ouverture de la bouteille si on ne veut pas prendre une douche un peu spéciale.

J'ai fini la semaine par la réalisation du sirop. C'est aussi une recette très facile à faire. Quand on voit le prix de ce genre de sirop au supermarché, on se rend compte qu'il vaut vraiment mieux le faire à la maison.

Je n'ai même pas eu le temps de prendre en photo les verres car leur contenu a été très apprécié. J'ai juste eu le temps d'en prendre une des ingrédients utilisés.

/images/food/2018/06/Dark.And.Stormy.thumbnail.jpg

Une autre après-midi d'automne

Depuis peu, c'est l'automne avec son lot de pluie, de vent et de froid. Mais il faut voir le bon coté à la chose. C'est aussi le temps des derniers fruits de l'année et particulièrement des coings.

Cette semaine ma mère m'a apporté des coings très parfumés. Il fallait que je fasse quelque chose avec. L'année passée, j'avais fait de la gelée et de la pâte, mais je ne sais pas encore si je vais réitérer cette année. Ne vous méprennez pas, c'était délicieux, mais je voudrais varier les plaisirs.

Depuis quelque temps, j'avais sous le coude une recette de vin de coings à tester. Ce n'est pas à proprement parler du vin mais une macération. Ce vendredi avec ma fille, nous avons mis en œuvre cette recette. Je me suis occupé de la découpe des coings, elle a fait le reste. Pesée des fruits et du sucre, mesure de l'alcool et du vin et versage.

/images/food/2017/10/Quince.Wine.thumbnail.jpg

Il ne reste plus qu'à attendre le temps réglementaire avant de pouvoir déguster. Je pense que c'est l'étape la plus dure :)

L'automne, c'est aussi le temps des « gratte-cul ». Toujours avec ma fille, nous sommes allé en cueillir quelqu'uns. Nous étions un peu trop tard car il n'y en avait plus beaucoup de beau. En tout cas, on a apprécié la ballade car le temps était agréable. Ma fille apprécie particulièrement ce genre de ballade car je pédale tandis qu'elle se repose tranquillement assise sur le porte-bagage.

/images/food/2017/10/Rosehip.Picking.thumbnail.jpg

Ils attendent sagement dans le congélateur avant de pouvoir les utiliser. J'hésite encore entre faire de la gelée et de la confiture. La quantité de travail est beaucoup plus importante dans le cas de la confiture. J'ai encore quelques jours pour me décider.

Beaucoup de préparation, peu de résultats...

...visibles pour le moment.

Je suis allé faire une cueillette de sureau en famille pour profiter des derniers fruits avant l'année prochaine. Il y avait déjà beaucoup de grappes séchées par le soleil.

Nous avons cueillis quelques kilos de baies avant de les égrainer et d'en extraire le jus. J'ai obtenu environ 2 litres de jus de sureau auquel j'ai ajouté 1 kilogramme de sucre ainsi qu'assez d'eau ébouillantée pour remplir ma dame-jeanne de 5 litres. Une fois le mélange refroidi, j'ai introduit dans le contenant de la levure à vin.

Il ne reste plus qu'à attendre patiemment de voir si le vin obtenu est d'une quelconque valeur ou s'il est bon à jeter. Rendez-vous dans quelques mois pour le verdict.

Dans un tout autre registre, j'ai profité que ma fille bricole pour en faire de même. Après de nombreuses lectures sur la fabrication du savon, il semblerait qu'il faille l'isoler au début du séchage. Je me suis donc fabriqué, toujours en carton, un couvercle pour mon moule. Il ne reste plus qu'à mettre cette nouvelle version de mon moule à l'épreuve. Probablement le weekend prochain.

Et pour finir, j'avais envie de jouer avec des amis dimanche alors j'ai contacté les joueurs de mon entourage. Une seule a répondu à l'appel de dernière minute. Et comme c'était vraiment impromptu, nous n'avions pas prévu de repas à l'avance et nous n'avions pas fait de course. Il a fallu improviser avec ce qu'on avait.

Madame m'avait parlé d'un gateau aux Carambars confectionné par une de ses collègues. Comme elle l'avait vraiment apprécié et que j'avais des Carambars sous la main, je me suis lancé. J'ai trouvé une recette facile et inratable que j'ai essayé.

/images/food/2017/08/Carambar.Cake.thumbnail.jpg

Le résultat est vraiment intéressant et la recette est vraiment facile. L'étape la plus compliquée étant de faire fondre les bonbons. Le goût du Carambar est présent sans être trop envahissant et la texture est vraiment moelleuse. Je pense que ça se marierait bien avec une boule de glace à la vanille.

Retour de Bretagne

Le week-end passé était plus long qu'à l'accoutumée, c'était la fête nationale en France. Nous en avons profité pour s'offrir une petite escapade dans une région que j'affectionne. Nous sommes allés faire les touristes en Ille-et-Vilaine.

Nous avons fait les sorties obligatoires à faire quand on est touriste. Nous avons visité le Mont Saint-Michel, Saint-Malo et Cancale.

/images/travel/2017/Mont.Saint.Michel.thumbnail.jpg /images/travel/2017/Cancale.thumbnail.jpg

Nous avons fait de longues balades pour prendre le temps de profiter du soleil, de la chaleur et des paysages. Pour ma part, c'était un voyage dans mes souvenirs. Certaines choses ont changées, d'autres ont l'air immuables.

Au détour d'une ballade, nous avons rencontrés plusieurs noyers avec de belles noix encore verte. Nous en avons cueilli quelques kilo pour faire du vin comme l'année passée et innover avec de la confiture. Malheureusement, nous sommes passé trop tard et les noix avaient commencé à faire leur coque. L'idée de la confiture est tombée à l'eau et il s'en est fallu de peu que celle du vin fasse de même. Lors de la réalisation de ce vin, j'ai du batailler pour venir à bout de la découpe des noix.

Ingrédients
  • 75 centilitres d'alcool de fruits
  • environ 6.5 litres de vin rouge
  • 1.5 kilogrammes de sucre
  • environ 70 noix vertes
  • 2 graines de cardamome
  • quelques morceaux de macis
  • 3 gousses de vanille fendues
  • 1 morceaux de bois bandé
  • 10 fèves de cacao écrasées
/images/food/2017/07/Walnut.Wine.Ingredients.thumbnail.jpg

Il me restait pas mal de vin, j'en ai profité pour remplir mon vinaigrier. Malgré ça, il en reste encore qu'il va falloir utiliser.

Rendez-vous dans quelques mois pour voir ce que donne ce vin 2017.

Note pour 2018, cueillir les noix beaucoup plus tôt pour pouvoir les travailler plus facilement et surtout pour pouvoir faire de la confiture.

Citron qui pleure

Hier, j'ai mis la touche finale à un projet commencé il y a deux mois.

Je fais régulièrement pleurer les agrûmes. Rassurez-vous, ils ne souffrent pas.

En fait, il s'agit juste de mettre de l'alcool dans un bocal hermétique et de suspendre des agrûmes au-dessus. Une fois le bocal fermé, l'alcool rentre dans un cycle d'évaporation et de condensation. En se condensant sur l'agrûme sélectionné, l'alcool en extrait les huiles essentielles qui viennent parfumer et colorer l'alcool. Ce processus dure environ deux mois.

Ensuite, il faut ajouter un sirop de sucre, mettre en bouteille et étiquetter.

/images/food/2017/04/Crying.Lemon.Step.1.thumbnail.jpg /images/food/2017/04/Crying.Lemon.Step.2.thumbnail.jpg /images/food/2017/04/Crying.Lemon.Step.3.thumbnail.jpg

J'ai réussi à faire trois bouteilles, mais c'est tellement apprécié qu'une est déjà partie.

J'ai eu quelques commentaires concernant la lisibilité de l'étiquette. Il va falloir que je regarde pour utiliser une police de caractères différente, voire que je change complètement l'étiquette.

Vin de noix, la suite...

Il y a quelques temps, j'avais fait du vin de noix.

Ça fait longtemps qu'il est terminé mais je ne l'avais pas encore mis en bouteille. En effet, la récupération des bouteilles a été un peu chaotique. Mon premier fournisseur me les a envoyées deux fois mais elles ne sont jamais arrivées car elles ont été cassées par le transporteur. Je me les ai fait rembourser pour en acheter d'autres chez un deuxième fournisseur. Je les ai reçues rapidement même si il y a eu un peu de casse, j'ai conservé le colis. Le détail amusant est que ces bouteilles provenaient du premier fournisseur.

Pour aggrémenter mes bouteilles, j'ai fait des étiquettes. J'ai récupéré une photo libre de droit sur commons.wikimedia.org et je l'ai un peu transformée pour obtenir quelque chose de plus rustique. Je l'ai ensuite intégrée dans un document \(\LaTeX\). Ce n'est pas l'outil le plus adapté, ni la méthode la plus facile mais ça me permet de ne pas trop perdre la main.

../images/food/2017/01/Walnut.Wine.Label.thumbnail.jpg

J'ai ensuite collé ces étiquettes avec du Méthyl-Cellulose (ou MC). C'est une colle que j'utilise normalement pour faire mes papiers d'origami. Elle fonctionne très bien avec les étiquettes car une fois mouillée, elle ne laisse pas de résidus sur la bouteille.

Voici donc une partie de ma production. L'autre partie ayant été déjà consommée.

../images/food/2017/01/Walnut.Wine.thumbnail.jpg

Le résultat est à la hauteur de mes espérances, que ce soit le contenu ou le contenant. J'en referai dès que l'occasion se présentera, mais je pense en plus grosse quantité.

Suite de la première cueillette de l'année

Ceci est la suite de l'épisode Première cueillette de l'année.

Comme annoncé précédemment, j'ai commencé la confection d'un vin de pomme. La première étape était d'ébouillanter les pommes et de les laisser reposer 5 jours avant de récupérer le jus et de lancer la fermentation. Cette étape est complètement ratée; les pommes ont commencé à moisir. C'est bien dommage car l'odeur du jus était fantastique, mais pour ne pas prendre de risque, je l'ai jeté.

../images/food/2016/09/Apple.Core.Wine.Failure.thumbnail.jpg

J'étais très déçu, mais il ne faut pas s'arrêter à ça ! D'ailleurs, le même jour, j'ai eu mon cadeau de consolation. J'ai reçu le matériel que j'avais commandé pour faire mon vin, levure, clarifiant et pompe. Il ne reste plus qu'à les utiliser :)

../images/food/2016/09/Early.Christmas.thumbnail.jpg

Pour rebondir sur cet échec, je suis allé faire une deuxième cueillette avec ma fille. Nous avons récupéré des mûres et des pommes comme lors de la première. Les mûres ont été transformées en confitures immédiatement.

../images/food/2016/09/Blackberry.Jam.Second.Batch.thumbnail.jpg

Pour ce qui est des pommes, je récidive avec le vin de pomme. En fait, les pommes qui ont moisi dans la première cuvée sont celles en contact avec l'air. Pour pallier à ça pour la seconde cuvée, je les maintiens submergées grâce à un dispositif très élaboré. Jugez en par vous même :)

../images/food/2016/09/Apple.Core.Wine.Second.Try.thumbnail.jpg

Si ça ne fonctionne toujours pas, j'envisagerai une autre méthode.

À suivre...

Première cueillette de l'année

Dimanche passé, cela plusieurs jours qu'il faisait beau et chaud. Je me suis dit que ce serait le moment idéal pour aller faire une cueillette « sauvage ». Je mets sauvage entre guillemets car je suis allé juste à côté de la maison, le long du canal.

Pendant l'été, je suis déjà allé plusieurs fois en repérage pour voir ce qu'il y a de disponible. Pour l'instant, j'y ai trouvé des pommes, des noisettes, des mûres, des prunelles, du sureau et des cynorhodons. En ce moment, les pommes, les mûres et le sureau sont prêts pour la cueillette.

Donc dimanche, je suis allé cueillir avec ma femme des pommes et des mûres. Je me serais bien laissé tenter par le sureau, mais une fois de plus, j'avais oublié de quoi sectionner les tiges. Ce sera pour une prochaine fois.

Voici donc le résultat de cette cueillette. Ce n'est pas fantastique, juste 1 kg de mûres et 2 de pommes.

../images/food/2016/08/Fruit.Picking.Step.1.Result.thumbnail.jpg

Ce n'est pas tout de cueillir, il faut ensuite transformer. J'ai donc prévu de faire de la confiture avec les mûres et du vin avec les pommes.

Voici la première étape de la transformation, les mûres macèrent dans le sucre et les pommes dans de l'eau.

../images/food/2016/08/Fruit.Picking.Step.2.Preparation.thumbnail.jpg

Voici le résultat de la transformation des mûres. Finalement, c'est une confiture aux mûres et zeste de lime. J'ai mis 750g de sucre pour le kilo de fruits, le zeste et le jus d'une lime.

../images/food/2016/08/Fruit.Picking.Step.3.Jam.thumbnail.jpg

Pour le vin de pommes, la première étape de la transformation s'achèvera vendredi. D'ici là j'espère recevoir la levure que j'ai commandée pour la fermentation.

À suivre !

Vin de noix

C'est un vin à faire lorsque les noix sont vertes et prêtes pour ce genre d'expérience. Normalement, la période de cueillette s'étend environ du 21 juin au 14 juillet. Cette année, le début de l'été s'annonçait comme un automne pluvieux, ce qui a du retarder la maturation des fruits. Ce qui est parfait pour moi qui n'aie pu mettre la main sur des noix vertes qu'assez tardivement.

Comme à mon habitude, je me suis renseigné pour trouver une recette qui me convienne. Je n'ai rien trouvé qui me satisfasse complètement, j'ai donc improvisé ma propre recette sur la base des recettes glânées.

Ingrédients
  • au moins 40 noix
  • 5L de vin rouge
  • 1kg de sucre roux
  • 0,5L d'eau de vie
  • 2 gousses de vanille
  • 1 gros bâton de cannelle
  • quelques morceaux de macis
../images/food/2016/07/Walnut.Wine.Before.Preparation.thumbnail.jpg

Il suffit de couper les noix en quatre et de mélanger tous les ingrédients. Le plus long reste à faire car il faut laisser reposer au moins 45 jours avant de filtrer et de mettre en bouteille.

Voila le resultat avant la période de maturation. Il ne reste plus qu'à trouver de quoi filtrer, embouteiller et bouchonner. Et le plus dur, attendre !

../images/food/2016/07/Walnut.Wine.Ready.For.Maceration.thumbnail.jpg

Rendez-vous dans quelques semaines pour voir la tête que ça a.