Articles sur recette

Encore du brownie, mais avec une surprise

Hier matin, j'ai eu envie de faire de la cuisine avant de partir travailler. Il restait un peu de bacon du weekend, du coup, j'ai ressorti une recette que j'aime beaucoup. La recette du brownie au bacon.

Oui, vous avez bien lu, du bacon avec du chocolat. J'avoue avoir eu la même réaction la première fois qu'on m'en a parlé. Mais j'ai pris mon courage à deux mains et j'ai essayé cette recette.

Elle est très rapide et très simple à faire. Elle ne demande pas d'équipement ni de technique hors de portée du commun des mortels. Le résultat est toujours à la hauteur de mes attentes.

/images/food/2018/05/Bacon.Brownie.thumbnail.jpg

Pour résumer, c'est une de mes recettes préférée.

Pour récomforter les courageux qui se sont levés lundi matin pendant que les autres étaient en vacances, j'en ai amené au bureau. Certain sont restés très sceptiques et n'ont pas osé y toucher. D'autres, au contraire, ont beaucoup apprécié et y sont retournés.

À la recherche du cookie

Comme je l'écrivais il y a quelques temps, je recheche les bonnes recettes de brownies. Je fais exactement la même chose avec les recettes de cookies. Après la recette testée la semaine passée, j'avais envie de refaire une de mes recettes favorites pour pouvoir comparer les résultats.

C'est une recette trouvée dans le livre « The New Best Recipe » [1]. Il a été édité par les auteurs du magazine « Cook's Illustrated ». Le concept de ce livre est de prendre une recette et de la tester de nombreuses fois en changeant certains paramètres pour trouver LA recette idéale.

La recette des cookies que j'ai utilisée n'échappe pas à la règle et tous les paramètres imaginables ont été testés. Même la manière de façonner les boules de pâtes a été étudiée pour donner la forme particulière de ces biscuits, rond avec une surface irrégulière.

Comme il restait un blanc d'œuf, j'ai cherché une recette pouvant l'utiliser. J'ai trouvé une recette de rochers coco dans le livre « La douce folie des biscuits » [2] de Marie Joly. C'est une recette toute simple mais qui donnent d'excellents résultats. Je me suis même amusé à façonner les biscuits en demi-sphère à l'aide d'une cuillère à mesurer.

Voici le résultat de mes fournées :

/images/food/2018/04/Chocolate.Chip.Cookie.Take.2.thumbnail.jpg

Je suis satisfait du résultat, que ce soit avec les cookies ou avec les rochers. Je trouve que la technique utilisée pour cette recette de cookies est beaucoup plus simple à mettre en place. Ces cookies utilisent du beurre fondu alors que ceux de la semaine passée utilisent du beurre mou. De ce fait, le mélange a été plus aisé cette semaine.

Au niveau de l'épaisseur, la recette de cette semaine a l'avantage grâce au beurre qui est déjà fondu. Au niveau du goût, ceux ayant goûté aux deux recettes préfèrent celle de la semaine passée. Au niveau de la texture, les deux recettes se valent car elles donnent des biscuits croustillant sur l'extérieur et moelleux à l'intérieur.

Je vais continuer mes recherches et mes expérimentations pour trouver ou mettre au point MA recette de cookies. Affaire à suivre !

[1] ISBN-13 : 978-0936184746
[2] ISBN-13 : 978-235288070X

On travaille aussi pour Noël

Noël. Ce n'est pas ma période de l'année préférée. Mais j'en profite quand même pour faire les choses que j'aime. Cette année, les préparatifs ont commencés au mois de juillet et se sont terminés tranquillement hier.

Ce que j'ai commencé en juillet n'est pas directement lié à Noël, mais à ma production de boisson alcoolisées. Comme j'en offre aujourd'hui, je considère que ça fait partie des préparatifs. Cette année, j'ai fait du vin de noix, du vin de sureau, du vin de coing et de l'hypocras. J'avais toutes ces préparations qui maturaient dans de grands récipients depuis quelques mois et je ne me rendais pas compte de la quantité que cela représente. Comme j'ai tout mis en bouteille samedi, maintenant je le sais. J'ai obtenu 39 bouteilles de 50cL uniquement car je suis tombé à court de bouteilles. Il me reste encore l'équivalent de 6 bouteilles.

/images/food/2017/12/A.Year.Of.Alcohol.thumbnail.jpg

Pour rester dans le domaine de la bouche, j'ai également préparé le dessert pour aujourd'hui. Il y a bien longtemps, j'ai reçu une recette pour faire un Alhambra. C'est un dessert à base de génoise au café, de ganache au chocolat et de sirop de cognac.

/images/food/2017/12/Alhambra.thumbnail.jpg

Le résultat est loin d'être parfait, mais pour avoir gouté les retailles, c'est quand même très bon. On voit clairement que ça fait longtemps que je n'avais pas fait de patisserie.

J'ai eu quelques soucis pour faire la génoise. Il fallait faire mousser les œufs au bain-marie et je pense y-être allé un peu fort. Après cuisson, la génoise était vraiment très compacte. Je me suis aussi fait avoir par la ganache et surtout la crème qui la compose. J'ai cassé l'émulsion du chocolat et je me suis retrouvé avec le gras qui surnage. J'ai quand même réussi à avoir quelque chose de correct en laissant refroidir et en mélangeant régulièrement.

Il y a quand même du positif dans cette expérience. Pour faire les tranches de génoise, je cherchais un guide de coupe pour avoir des épaisseurs à peu près constantes. J'ai utilisé le moule d'origine dans lequel j'ai placé une rehausse (ici des verres) pour que la génoise dépasse un peu du moule. Je me suis enfin servi du moule comme guide. Merci à madame pour cette excellente idée.

En parlant de madame, je lui ai offert une paire de boucles d'oreilles. Si je vous en parle ici, c'est que je les ai faite moi-même.

/images/diy/2017/12/Wooden.Earrings.thumbnail.jpg

J'ai commencé par assembler différents placages. J'ai collé 3 épaisseurs de noyer d'Amérique, 2 épaisseurs de sycomore et 1 épaisseur de cèdre rouge. Ensuite, un coup de ciseau pour mettre aux dimensions suivi de beaucoup de limage et ponçage pour mettre en forme. J'ai collé la tige avec de la colle epoxy résistant à la chaleur, au froid et à l'eau. J'ai fait un dernier ponçage avant d'appliquer une préparation maison à base de cire d'abeille et d'essence de térébenthine pour nourrir le bois et rehausser ses couleurs naturelles.

J'ai suivi cette recette pour la préparation. Elle fonctionne très bien et les étapes sont claires. Cependant, il manque un détail important, à savoir les quantités. Il est indiqué qu'il faut mettre autant de cire que d'essence. J'ai imaginé qu'on parlait de poids et non pas de volume. J'ai donc utilisé 32g de chaque, ce qui donne déjà une belle quantité. Je pense que j'en ai pour des années avant d'en venir au bout.

Et pour finir, quelques origamis de dernière minutes pour agrémenter les cadeaux.

/images/origami/2017/12/Xmas.Folds.thumbnail.jpg

J'ai un vrai coup de cœur pour l'élan de Fumiaki Kawahata et l'hydrangée de Shuzo Fujimoto. Et pour ne pas chercher à nouveau comment faire les modèles pliés, voici les liens pour l'étoile à 5 branches, le pingouin et le père Noël.

Coings au whisky

J'entends parler de cette recette depuis pas mal de temps. Mais je n'ai jamais pris le temps de la faire. C'est corrigé depuis samedi passé et j'avoue ne pas être déçu.

Après avoir réuni l'ensemble des ingrédients, je me suis lancé dans la préparation qui est assez simple. Il n'y a pas vraiment d'étapes compliquées. Il faut juste prendre son temps.

Voici la recette en question. Je n'ai malheureusement pas de source pour pouvoir retracer son origine. Ça viendra peut-être.

Ingrédients
  • 1 kilogramme de coings pas épluchés
  • 1 kilogramme de sucre
  • 1,2 litre d'eau
  • 1 citron (zeste et jus)
  • 1 poignée de raisins secs
  • 250 millilitre de whisky
Marche à suivre
  • Couper les coings en tranches de 2 millimètres d'épaisseur
  • Mélanger le sucre et l'eau
  • Faire cuire ce mélange pour faire un sirop pendant une vingtaine de minutes
  • Ajouter le zeste et le jus du citron
  • Ajouter le coing, porter à ébulition et laisser cuire 5 minutes
  • Ajouter les raisins secs et laisser cuire 5 minutes
  • Laisser refroidir puis ajouter le whisky

Cette recette rempli facilement un bocal de 2 litres, alors il faut prévoir grand pour ne pas avoir de surprise.

/images/food/2017/12/Quince.With.Wisky.1.thumbnail.jpg /images/food/2017/12/Quince.With.Wisky.2.thumbnail.jpg

J'ai testé et j'ai vraiment bien aimé ce mélange. Les saveurs sont bien équilibrées et le sirop n'est pas trop sucré. Par contre, comme le whisky n'est pas cuit, il faut faire attention car tout l'alcool est encore présent.

À refaire !

Ça commence bien la journée

Ça faisait longtemps que je n'avais pas fait de pain. J'avoue que ça me manquait mais je n'ai pas de temps à y consacrer la semaine à cause des horaires. Il me reste le weekend pour pratiquer mais j'ai été un peu occupé par d'autres projets.

Hier, je me suis lancé ou plutôt relancé dans la confection d'un pain à la patate douce. Ce pain ressemble plus à une brioche, ce qui est parfait pour commencer une journée bien remplie.

/images/food/2017/10/Sweet.Potato.Bread.thumbnail.jpg

Accompagné de confitures maison, il a fait le bonheur des petits et des grands. Même de ceux qui prétendent ne pas aimer la patate douce.

C'est une recette que j'ai trouvé ici. Je l'avais déjà testée il y a quelques années et je trouve qu'elle est toujours très bonne.

Je met une traduction libre ci-dessous pour référence.

Ingrédients
  • 425 grammes de farine
  • 6 grammes de sel
  • 7.5 grammes de levure déshydratée ou 15 grammes de levure fraîche
  • 50 grammes de sucre
  • 60 grammes de crème
  • 75 grammes de lait
  • 190 grammes de purée de patate douce
  • 60 grammes de beurre
Marche à suivre
  • Mettre tous les ingrédients dans un grand bol.
  • Pétrir le mélange jusqu'à l'obtention d'une pâte élastique.
  • Laisser reposer la pâte 1½ heure.
  • Dégazer la pâte et la placer dans un moule à cake.
  • Laisser reposer la pâte 1 heure.
  • Faire cuire au moins 30 minutes à 180°C.

Par rapport à la recette originale, j'ai supprimé l'œuf. J'avoue ne pas avoir compris s'il fallait le mettre dans la pâte ou sur la pâte.

En tout cas, le résultat est vraiment bien. Le pain est subtilement parfumé à la patate douce. Il est également très légèrement sucré. Et surtout beaucoup moins riche qu'une brioche classique. À refaire sans aucune hésitation.

Des ratages en série ?

Je suis un peu en retard pour ce message. Mais qui est vraiment très fier de ses ratages. Même si ils sont nécessaires pour apprendre, ce n'est jamais facile de les prendre à la légère et d'en rire.

Premier ratage, la gelée de « gratte-cul ». Il y a quelques semaines, j'avais fait une belle cueillette avec ma fille. Les fruits sont restés quelques temps au congélateur pour me laisser le temps de m'organiser et aussi pour simuler un gel des fruits.

Finalement, j'ai opté pour une gelée car cela demande moins de travail que la confiture. Et aussi, je n'en avais jamais fait alors que je m'étais déjà essayé à la confiture.

J'ai été très déçu par la quantité de jus extraite lors de la première phase de la préparation. Je m'attendais à en avoir plus que ce que j'ai réussi à récupérer. Ensuite, j'ai raté la cuisson de la gelée. Je l'ai beaucoup trop cuite, du coup elle n'a pas du tout la consistance attendue. Elle ressemble plus à un caramel qu'à une gelée.

Le goût est quand même bon, même si un peu fade par rapport aux odeurs dégagées lors de la cuisson et à la confiture. Le résultat est quand même beau à voir malgré cela. Je vous laisse en juger sur la photo qui suit.

/images/food/2017/10/Rosehip.Jelly.thumbnail.jpg

Pour conclure sur la gelée, la prochaine fois que je vais faire une cueillette de « gratte-cul », je ferais de la confiture et surtout je ferais beaucoup plus attention à la cuisson.

Deuxième ratage, mon premier savon au lait de chèvre. À première vue, rien de spécial. Il ressemble aux autres barres de savon que j'ai déjà pu faire.

/images/diy/2017/10/Goat.Milk.Soap.1.thumbnail.jpg /images/diy/2017/10/Goat.Milk.Soap.2.thumbnail.jpg

Mais lors de la phase de mélange de la soude dans le lait, il y a eu une réaction bizarre. Le mélange a changé de couleur et surtout l'émulsion qu'est le lait s'est défaite. Je me suis retrouvé avec 2 couches distinctes d'un jaune assez foncé. Je ne sais pas encore si cette réaction est normale ou si je m'y suis mal pris pour faire cette rectte.

Ensuite, lors de la découpe du pain, il y avait des parties plus dures. Probablement à cause de l'émulsion défaite lors du mélange.

Je mets quand même la recette pour me souvenir de ce que j'ai fait.

  • 1000 grammes d'huile d'olive.
  • 165 grammes d'eau.
  • 165 grammes de lait de chèvre.
  • 131,32 grammes de soude (NaOH)
  • 1 cuillère à café bombée de bentonite

Pour conclure sur le savon, je ne sais pas encore si c'est un vrai ratage car il faut attendre le séchage pour pouvoir s'en servir. En tout cas, la réaction était vraiment étrange et pas vraiment agréable. Si la manière de procéder est correcte, je pense que je n'en referais pas pour les raisons mentionnées. Sinon, il va falloir que j'essaye une autre méthode.

C'est presque l'automne

Ce n'est pas encore l'automne, mais on sent que ce n'est plus tout à fait l'été. Les nuits sont plus fraiches et les arbres commencent à perdre leur feuillage.

C'est le moment idéal pour ramasser les derniers fruits estivaux, qui de toute façon ne mûriront plus. Nous avons cueilli les dernières tomates de notre potager de balcon. Il n'est pas très grand, mais on a quand même réussi à obtenir 1 kilogramme de tomates vertes. Pas question d'essayer de les faire rougir, on les a cuites directement pour en faire de la confiture.

/images/food/2017/09/Green.Tomato.Jam.thumbnail.jpg

Ça faisait plusieurs année que j'en avais pas fait. J'y ai déjà goûté et ça sera très bon au petit-déjeuner.

Une autre activité que je n'avais pas faite depuis plusieurs années, c'est la cueillette de prunelles. Je reviens à l'instant d'une balade à vélo dont le but était d'aller en faire une. Je suis allé en repérage la semaine prochaine pour trouver les meilleurs endroits. Et cette semaine, j'y suis retourné pour en ramasser, ainsi qu'une pomme.

/images/food/2017/09/Sloe.Picking.thumbnail.jpg

Pour l'instant, elles sont au congélateur pour finir leur maturation. Mais elles passeront bientôt sous forme de gelée.

Et vous me direz, pourquoi une pomme ? En fait, cette année a été un peu pauvre en pomme, mais l'endoit où j'ai cueilli celle-ci m'était inconnu. Il est très intéressant car c'est une sorte de verger revenu à l'état sauvage. J'y retournerais l'année prochaine.

Sur un tout autre sujet, j'ai fait encore du savon. J'ai essayé d'améliorer ma technique de décoration mais ce n'est pas encore ça.

/images/diy/2017/09/Swirl.Soap.1.thumbnail.jpg /images/diy/2017/09/Swirl.Soap.2.thumbnail.jpg

Je me suis amélioré sur la couleur, le pouvoir colorant du pigment utilisé cette fois est beaucoup plus important. Je me suis un peu amélioré sur la texture de la trace. Cette fois-ci, j'ai attendu plus longtemps pour éviter que les mélanges soient trop liquides et se mélangent trop rapidement. Ce n'est pas encore idéal, mais je pense que la prochaine fois sera la bonne.

Par contre, j'ai beaucoup de mal à évaluer la quantité versée dans le moule par rapport à la quantité qui reste. De ce fait, le ratio entre la partie avec et la partie sans pigment n'est pas celui que j'attends pour obtenir quelque chose de plus satisfaisant.

Il reste beaucoup de place à l'amélioration, mais je suis globalement content de ce que j'arrive à sortir. Voici les proportions pour obtenir ce savon surgras à 2% :

  • 250 grammes d'huile de soja,
  • 150 grammes d'huile de sésame,
  • 600 grammes d'huile d'olive,
  • 330 grammes d'eau,
  • 131,42 grammes de soude (NaOH),
  • 5,9 grammes d'huile essentielle de niaouli,
  • 1 cuillère à café bombée de charbon actif.

Pour finir, il va bientôt que je construise un autre moule pour mes savons car celui-ci commence à donner des signes de fatigue. Surtout au niveau des charnières qui ne sont constituées que de la première épaisseur du carton ondulé.

Les vacances sont déjà loin

J'ai profité de mes vacances au Canada pour revoir mes amis, prendre une bonne dose de nature sauvage et faire un peu d'escalade. C'est passé bien trop vite et je serais bien resté 10 ou 15 ans de plus :) J'ai hâte de pouvoir y retourner dans un futur pas trop lointain.

Pendant les quelques jours précédants le départ, j'ai fait pas mal de choses.

J'ai continué à avancer sur mon projet de réalisation de chaise Adirondack en bois de palette. J'ai passé quelques heures au Techshop à poncer et à raboter le bois en question. Ce n'était pas particulièrement passionnant, mais ça avait un côté relaxant à la limite du méditatif. La prochaine étape sera la découpe des différents morceaux constituant la chaise. Je pense qu'il va falloir que j'investisse soit dans une scie digne de ce nom, soit dans la formation appropriée pour utiliser la scie à bande du Techshop.

J'ai également utilisé la nouvelle version de mon moule à savon en carton. J'avais ajouté un support pour pouvoir le maintenir en position fermée.

/images/diy/2017/08/Soap.Mold.thumbnail.jpg

La mise en place et la manipulation sont vraiment plus facile avec ce système. Et pour la modique somme de 0€, je trouve que ça fonctionne vraiment très bien. Quand j'en ferai un autre, je modifirai légèrement les dimensions pour avoir une largeur plus faible et une longeur plus facilement divisible.

Je voulais expérimenter la réalisation de motifs dans le savon mais ça n'a pas fonctionné du tout comme prévu. Avec une quantité de savon colorée trop importante par rapport à la quantité de savon non-colorée et une trace trop légère, le résultat est loin de ce que je voulais avoir. J'ai utilisé de l'encre de seiche pour la coloration, je m'attendais à avoir une teinte beaucoup plus foncée que celle obtenue.

/images/diy/2017/08/Swirl.Soap.Test.1.thumbnail.jpg /images/diy/2017/08/Swirl.Soap.Test.2.thumbnail.jpg

Malgré ces quelques ratages, je suis globalement satisfait de cette nouvelle brique de savon. Je vais continuer à tester les motifs, mais je pense qu'il va falloir que j'utilise plutôt des pigments solides. Je pense également me fabriquer un système pour découper plus facilement et plus régulièrement mes briques de savon.

Pour finir, voici la recette pour l'obtention de cette brique :

  • 247 grammes de gras de bœuf
  • 150 grammes d'huile de sésame
  • 150 grammes d'huile de soja
  • 453 grammes d'huile d'olive
  • 330 grammes d'eau
  • 133 grammes de soude (NaOH)
  • 5 grammes d'huile essentielle de géranium
  • 3 grammes d'encre de seiche

Retour de Bretagne

Le week-end passé était plus long qu'à l'accoutumée, c'était la fête nationale en France. Nous en avons profité pour s'offrir une petite escapade dans une région que j'affectionne. Nous sommes allés faire les touristes en Ille-et-Vilaine.

Nous avons fait les sorties obligatoires à faire quand on est touriste. Nous avons visité le Mont Saint-Michel, Saint-Malo et Cancale.

/images/travel/2017/Mont.Saint.Michel.thumbnail.jpg /images/travel/2017/Cancale.thumbnail.jpg

Nous avons fait de longues balades pour prendre le temps de profiter du soleil, de la chaleur et des paysages. Pour ma part, c'était un voyage dans mes souvenirs. Certaines choses ont changées, d'autres ont l'air immuables.

Au détour d'une ballade, nous avons rencontrés plusieurs noyers avec de belles noix encore verte. Nous en avons cueilli quelques kilo pour faire du vin comme l'année passée et innover avec de la confiture. Malheureusement, nous sommes passé trop tard et les noix avaient commencé à faire leur coque. L'idée de la confiture est tombée à l'eau et il s'en est fallu de peu que celle du vin fasse de même. Lors de la réalisation de ce vin, j'ai du batailler pour venir à bout de la découpe des noix.

Ingrédients
  • 75 centilitres d'alcool de fruits
  • environ 6.5 litres de vin rouge
  • 1.5 kilogrammes de sucre
  • environ 70 noix vertes
  • 2 graines de cardamome
  • quelques morceaux de macis
  • 3 gousses de vanille fendues
  • 1 morceaux de bois bandé
  • 10 fèves de cacao écrasées
/images/food/2017/07/Walnut.Wine.Ingredients.thumbnail.jpg

Il me restait pas mal de vin, j'en ai profité pour remplir mon vinaigrier. Malgré ça, il en reste encore qu'il va falloir utiliser.

Rendez-vous dans quelques mois pour voir ce que donne ce vin 2017.

Note pour 2018, cueillir les noix beaucoup plus tôt pour pouvoir les travailler plus facilement et surtout pour pouvoir faire de la confiture.

Préparation de sortie

J'avais prévu une sortie d'escalade dimanche passé. Il fallait donc préparer des choses à manger qui puissent s'emmener facilement.

J'ai réitéré l'expérience de recherche du brownie parfait. J'ai fait une petite modification par rapport à la fois passée. J'ai ajouté des noix dans la pâte. Le résultat est vraiment bon, mais je préfère sans les noix.

/images/food/2017/07/Cocoa.Brownie.With.Walnuts.thumbnail.jpg

J'ai également fait un pain facile à partager. C'est un pain dont la pâte est découpée avant cuisson comme j'en ai déjà fait il y a quelques temps. Mais cette fois, c'est un pain salé avec tout ce qu'il faut comme beurre, comme ail et comme fromage pour que ça se mange tout seul.

/images/food/2017/07/Garlic.Parmesan.Pull.Apart.Bread.thumbnail.jpg

C'est une recette trouvée sur le site Pastry Affair. J'en fait une traduction libre ci-dessous.

Ingrédients pour la pâte
  • 2 cuillères à café de levure sèche (j'ai utilisé 25 grammes de levure fraiche)
  • 1⅓ tasse d'eau tiède
  • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
  • 2 cuillères à café de sel
  • 3½ tasses de farine tout usage
Ingrédients pour la garniture [1]
  • ¼ tasse de beurre fondu
  • 1 cuillère à soupe de persil séché
  • 2 gousses d'ail émincées (j'ai utilisé de l'ail en poudre)
  • ¼ tasse de Parmesan rapé
Marche à suivre
  • Dans un grand bol, mélanger la levure et l'eau. Laisser reposer 5 minutes jusqu'à ce que la levure soit activée.
  • Ajouter l'huile d'olive, le sel et la farine. Pétrir jusqu'à ce que la pâte soit élastique.
  • Laisser reposer la pâte entre 1½ et 2 heures ou jusqu'à ce que la pâte aie doublée de volume.
  • Dans un petit bol, mélanger le beurre fondu, le persil séché et l'ail émincé. Réserver.
  • Dégazer la pâte et la découper en petits morceaux.
  • Rouler les pâtons dans le beurre fondu avant de les disposer en couche dans un moule Bundt.
  • Saupoudrer avec ⅓ du Parmesan rapé.
  • Répéter l'opération 2 fois.
  • Laisser reposer entre 20 et 30 minutes avant de l'enfourner 30 minutes à 175°C.

C'est vraiment très bon. J'en referai probablement. Cependant, il faudra que je fasse quelques ajustements. Je ferai plus de pâtons pour avoir de plus petites boules de pain. J'en ai fait 32, la prochaine fois, je doublerai. Je mettrai plus de fromage mais je n'en mettrai pas sur le dessus du pain, il chauffe trop et devient un peu amer.

Avec tout ça, j'étais prêt pour ma sortie d'escalade. Malheureusement, elle a été annulée pour cause de mauvais temps. Je me suis consolé en mangeant le brownie et le pain en regardant la pluie tomber.

[1] J'ai doublé toutes les quantités.